CIO.Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est l'OSIIC (Opérateur des Systèmes d'Information Interministériels Classifiés) et ses rôles ?

Vincent Strubel. Fondée le 1er juillet 2020, l'OSIIC est quelque part une structure jumelle de l'ANSSI : nous sommes deux SCN rattachés de la même façon au SGDSN. L'OSIIC est d'ailleurs issu de la fusion d'une sous-direction de l'ANSSI, de statut civil, et du Centre de Transmission Gouvernemental, de statut militaire. Le périmètre des missions de chacun avait évolué et il y avait de plus en plus de recouvrements. Un rapprochement s'imposait donc.

Pour commencer, l'OSIIC est au service du Président de la République et du Premier Ministre. Ils doivent être joignables, pouvoir contacter qui ils souhaitent et recevoir les flux d'informations classifiées à tout moment, où qu'ils soient. De la même façon, ils doivent pouvoir dialoguer avec des homologues étrangers avec ce qui est en quelque sorte le successeur du « téléphone rouge ». Nous leur fournissons les moyens nécessaires et nous les mettons en oeuvre.

Comme notre nom l'indique, nous mettons en oeuvre les systèmes interministériels classifiés. Par exemple, il y a le réseau ISIS (intranet classifié) et les visioconférences classifiées Horus/Osiris. Ces systèmes doivent être déployés partout où il y a des échanges classifiés, y compris pour gérer des crises. Ils sont donc présents dans tous les ministères, les préfectures, certaines gendarmeries, les ambassades et même certaines entreprises privées parmi les opérateurs d'importance vitale. Ils sont donc déployés mondialement. Avec la crise sanitaire Horus/Osiris a d'ailleurs été particulièrement mis à contribution pour éviter les réunions physiques. Le Conseil des Ministres se réunit en visioconférence depuis le mois de Mars à partir d'une dizaine de sites.

Lire la suite sur CIO.