Pour l’autonomie, encore une fois, très bonne surprise puisque, en partie grâce à la définition Full HD+ de l’écran, le Xperia 5 ii assure aisément une journée complète et ce, même avec une utilisation chargée, c’était notre cas. On regrettera toujours la recharge rapide limitée à 18W alors que les concurrents vont jusqu’à 65W.

Le Xperia 5 ii est livré avec Android 10 et une surcouche Sony Xperia. Cette dernière est rester super légère et propose une expérience utilisateur de plus en plus proche d’Android Stock. Même l’application Album est maintenant remplacée par Google Photos, c’est dire la proximité avec Android Stock. On regrette tout de même que Sony n’ait pas pu livré le Xperia 5 ii avec Android 11.

Photo et Vidéo

Au dos, le bloc photo est toujours sur le côté en haut à gauche. On retrouve le bloc photo de l’Xperia 1 ii. Si le hardware n’a pas spécialement évolué entre les sorties des deux smartphones, Sony a pu procéder à de multiples mises à jour des applications photos et vidéos. Pour nous, la plus grosse différence entre entre les deux smartphones concerne le traitement photo qui est bien plus fin sur le Xperia 5 ii avec une meilleure exposition, un meilleure reconnaissance des scènes mais aussi une meilleure gestion des conditions de faible luminosité. Ce n’est pas tout, l’application Photo Pro peut maintenant prendre des photos en RAW et pour les photographes, c’est un énorme pas en avant. Les Xperia 1 ii et Xperia 5 ii s’imposent vraiment comme une solution pour les plus photographes. Si c’est un avantage pour les photographes, le neophyte ne verra pas forcément l’intérêt des applications Cinema Pro et Photo Pro.

Avec ce bloc photo issu du Xperia 1 ii, on retrouve également le processeur BionZ, le même qui équipe le Sony Alpha 9 ou le Sony RX100 Mark VII, qui permet un traitement rapide des photos et des rafales allant jusqu’à 20 images par seconde ! Avec le capteur principal à double-diodes, le Xperia 5 Mark II possède un autofocus ultra rapide ! On retrouve ainsi la technologie EyeAF qui permet au Xperia 5 Mark II de faire la mise au point sur l’oeil et c’est d’une précision diabolique. Avec toutes ces technologies issues de sa

Malgré toute cette débauche d’énergie à destination des utilisateurs avertis, il serait injuste de dire que Sony ait mis de côté le grand public. En effet, on retrouve une application photo optimisée et agréable. Il n’y a plus les petites saccades et l’application répond au doigt et à l’oeil. Avec l’autofocus et cette réactivité logicielle, il est agréable d’utiliser le déclencheur physique, chose qu’on n’utilisait pas avant à cause d’un décalage avec l’application même. En revanche, philosophie de Sony oblige, pas de mode Nuit mais une sorte d’exposition longue automatique.

En condition de luminosité idéale, le Sony Xperia 5 Mark II est capable de sortir des photos d’excellente qualité avec un beau niveau de contraste et un très bon respect des couleurs. Sony a des algorithmes qui permet un juste équilibre entre couleurs et détails. Dans les faits donc, il y a très peu de chances que vous puissiez voir une différence avec un des concurrents mais en faisant du pixel-peeping, on remarquera moins de détails par rapport à certains concurrents. Les couleurs restent ainsi neutres et il n’y a pas de sur-contraste comme c’est souvent le cas chez d’autre. En revanche, s’il y a un domaine où Sony peut encore s’améliorer, c’est au niveau du HDR. Il est présent et la dynamique est suffisante en soi mais on aurait peut-être aimé un traitement plus agressif.

Sur le Xperia 1 ii, on n’avait pas pu tester le support des RAW et on peut enfin le tester sur le Xperia 5 ii. Du coup, avec Lightroom, on remarque la dynamique que propose les photos de Sony mais que ce qu’on reprochait au smartphone du constructeur nippon est en quelque sorte un choix parce que le traitement des RAW permet de déboucher certaines parties qui n’apparaissent pas avec les JPEG générés par l’application photo par défaut. Dans des conditions de faible luminosité, le Sony Xperia 5 ii s’en sort bien avec des photos détaillées et bien exposées. Comme on vous la dit plus haut, pas de mode Nuit donc si on arrive à avoir des résultats probants avec l’exposition longue automatique, ce n’est pas un mode Nuit, le Xperia 5 Mark II ne va pas voir dans la nuit pour vous, contrairement à d’autres.

Voici des exemples de photos :

Concernant l’ultra grand-angle, c’est une focale plus qu’utile et on aime toujours le rendu type fish-eye similaire à ce que propose une action-cam. Bien évidemment, Sony permet de rectifier l’effet fish-eye vers une photo plus linéaire et ce, en rognant un peu sur la photo. Dans tous les cas, les photos en ultra grand-angle sont plutôt réussies et elles ont l’avantage de proposer la même constance que le capteur principal. Elle manque un peu de détails mais rien de bien grave (OK Google ?). Côté zoom, le téléobjectif est moins lumineux déjà mais j’ai été agréablement surpris avec des photos bien rendus tant au niveau des couleurs que des détails. Cela manque de piqué par moment mais l’un dans l’autre, c’est parfaitement utilisable. Et enfin, du coté des selfies, on retrouve donc un appareil photo avec un capteur de 8 Mégapixels, et c’est le même que celui du Xperia 1 ii. Si les photos sont assez classiques en soi, on apprécie le mode HDR plus maitrisé pour les selfies que pour les photos prises avec les appareils au dos.

On finit avec les vidéos prises avec le Sony Xperia 5 ii et sur ce point, le smartphone du constructeur japonais s’en sort plus que bien avec des vidéos claires et nettes. Le son stéréo est bien retranscrit. On regrettera qu’il n’y ait toujours pas de mode 4K à 60 fps mais on retrouve un mode ralenti 4K à 120fps. En revanche, on peut utiliser les trois focales pour filmer et bien évidemment, on retrouve le mode HDR en vidéo. Mais le plus intéressant pour les plus vidéastes d’entre vous reste l’application Cinema Pro, développé en partenariat avec Ciné Alta, qui vous permet de contrôler au mieux les réglages d’enregistrement mais aussi l’utilisation des LUTs (profiles colorimétriques) pour donner un effet cinéma à vos vidéos. Cela implique plus de travail et ce n’est clairement pas fait pour les vidéos prises à la volée mais si vous êtes capables de prévoir un minimum le résultat final que vous cherchez, vous obtiendrez des court-métrages de très haute volée. Ce mode n’est clairement pas pour le grand public mais il reste accessible. D’ailleurs, l’interface utilisateurs a été quelque peu revue pour être plus simple et rapide.

Où l’acheter ?

Sony Xperia 5 II - Téléphone portable | Design compact | Écran 21:9 CinemaWide™ | Eye AF en temps réel - Noir

Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Galerie