En à peine deux ans - et à grands coups de rachats - la start-up Storcentric est montée en puissance sur le marché des solutions de stockage primaire et secondaire. Après avoir mis la main sur Drobo, Retrospect, Nexsan et Vexata, la jeune pousse dirigée par Mihir Shah son CEO, a croqué un acteur historique des baies de stockage 100% flash, Violin Systems. Ce dernier a connu une trajectoire mouvementée : créée en 2005 sous le nom de Violin Memory, cette société n'a jamais réussi à se relever d'une introduction en bourse ratée de 2013 qui a débouché sur une faillite fin 2016.

« Notre vision chez StorCentric est d’offrir un portefeuille complet de technologies de gestion de données qui répondent aux besoins des entreprises en croissance », a expliqué dans un communiqué Mihir Shah, CEO de StorCentric. « Violin s'inscrit parfaitement dans notre feuille de route de solutions, à mi-chemin entre nos offres 100% Flash Nexsan et Vexata. En tant que nom de premier plan sur le marché des baies 100% flash, nous souhaitons nous appuyer sur ses antécédents en matière d’innovation ». StorCentric a par ailleurs indiqué continuer à investir dans le développement de la technologie 100% flash de Violin et précisé que les contacts commerciaux, opérations et support client de Violin seront conserver pour assurer une intégration transparente dans son portefeuille d'offres.

Une technologie SDS optimisée pour la flash intéressante

« À l’instar des autres acquisitions de Storcentric, Violin possède une bonne technologie qui n’a pas tout à fait trouvé le succès sur le marché », a expliqué de son côté l'analyste Steve McDowell chez Moor Insights & Strategy. « Le stockage défini par logiciel optimisé pour la mémoire flash de Violin constitue un ajout convaincant à la gamme Storcentric. L'acquéreur maintiendra l'héritage de Violin vivant, tout en élargissant sa portée globale sur le marché. C'est une bonne affaire pour toutes les parties impliquées ».

Fondée sur les cendres de Violin Memory début 2017, Violin Systems avait tenté un redécollage en des questions se posent en termes de croisement technologique et d'adoption par les entreprises.